Repenser l’expérience employé par le lieu de travail, Yoann Jaffré – NEXTDOOR 

L’économie a beau se dématérialiser, ses acteurs restent bien physiques, les « conf calls » et le télétravail montrent leurs limites. Les collaborateurs comme les indépendants réclament des « lieux à partager ». Pour répondre à ces besoins, Nextdoor, société détenue paritairement par Bouygues Immobilier et AccorHotels, propose un nouveau concept d’espace de coworking. Pour nous en parler Yoann Jaffré, vice-président innovation, communauté et partenariats chez Nextdoor.

Pour Yoann Jaffré, la prise de hauteur sur l’écosystème montre que dans les entreprises “termitières” les salariés se retrouvent dans des silos, très cloisonnés. Dans ces tours, ou dans ces bureaux, les salariés restent entre eux toute la journée. Avec les start-ups, on fait la même chose puisqu’on les met dans des incubateurs ou dans des accélérateurs entre elles. Les freelances, quant à eux, n’ont pas forcément de solutions dédiées même si on voit l’émergence d’espace de co-working depuis une quinzaine d’années. Finalement chaque typologie d’entrepreneurs est dans son coin. Aujourd’hui, ce que nous cherchons à faire c’est une découpe horizontale pour renverser le modèle en les mettant tous ensemble dans un seul et même lieu.

C’est pour cela que Nextdoor a développé un réseau d’espace de travail, d’ailleurs notre intervenant parle d’espaces de vie au travail, dans lequel se mélange des indépendants, des freelances, des TPE, PME, des start-ups et des grandes organisations. C’est ce qui est très nouveau aujourd’hui.

Nextdoor est présent dans 5 villes essentiellement en région parisienne et l’ouverture de Nextdoor à Lyon est prévue le 1er septembre 2017. Chaque espace à louer fait entre 5 et 10 000 m2, et peut accueillir entre 500 et 1000 résidents. Aujourd’hui, Nextdoor compte 4500 résidents.

Le vrai challenge derrière ces espaces est de réussir à créer du frottement entre ces populations, c’est d’ailleurs le même challenge dans une grande entreprise ou dans un espace de co-working. D’ailleurs ce mot « co » « working », renvoit à cette idée de travailler ensemble. Il faut donc réussir à créer plus de rapprochement entre les gens qui viennent d’horizons très divers pour qu’ils puissent travailler ensemble.

L’ère du digital, a permis de favoriser la naissance des plateformes, des marketplaces pour mettre en relation des personnes qui proposent des bureaux disponibles avec des personnes qui en cherchent. Il faut préciser que dans ces espaces, le digital reste un moyen, et en digitalisant le bâtiment, on arrive à récupérer de la donnée, c’est ce qui permet d’optimiser l’espace et de comprendre les usages.

Avec le digital, Nextdoor répond à un besoin « utilisateur », les résidents s’appellent des colocataires et ils ont besoin d’avoir une expérience sans coupure via une application mobile, de pouvoir réserver leurs salles de réunions, aller prendre un café avec leurs voisins du 4ème, qu’ils ne connaissent pas par exemple. Le digital rend tout cela très simple et nos colocataires peuvent se concentrer uniquement sur leurs business.

En mettant ensemble ses populations différentes, Nextdoor se sent investi d’une responsabilité qui est de les aider à développer leur business mais on les voit aussi comme des mentors, et comme des personnes qui peuvent proposer leurs services au reste de la communauté.

Pour Yoan Jaffré, Nextdoor devient aussi une plateforme de mise en avant de compétences. C’est dans ce contexte que le lancement d’une nouvelle offre de hub d’innovation est prévu afin de permettre aux grandes entreprises de décentraliser une partie de leurs forces de travail. L’objectif est de créer des cercles affinitaires de tailles humaines c’est-à-dire des cercles de confiance de 150 personnes maximum.

Pour repenser l’expérience salarié Nextdoor s’appuie d’abord sur l’espace de travail pour en faire un lieu de vie où il est agréable de travailler et d’échanger.