New ways of working – MAYA SERIGNE, Orange

Pour éclairer le sujet des « New ways of working » ou « des nouvelles façons de travailler », Maya Sérigne, directrice de l’Innovation, de l’organisation du travail & Data Intelligence RH au sein de la DRH du groupe Orange, s’est exprimée lors de la 19ème Rencontre.

Aujourd’hui, les schémas classiques du travail ont complètement été modifiés par le digital, qui remet en question notre unité de lieu, notre unité d’action, et notre unité de temps qui ne convient plus à nos nouvelles façons de faire.
Les applis mobiles, les réseaux sociaux d’entreprise, le big data …. Ces technologies numériques ont favorisé l’éclosion de nouveaux modes de travail, en dehors des murs de l’entreprise.

Pour notre intervenante cette évolution des modes de travail est liée à la transformation digitale. Il ne s’agit pas seulement d’une question de technologie, ou d’outils mais d’une question de culture d’entreprise, d’organisation du travail et de pratique de management.

Orange a d’ailleurs créé en 2014 un nouveau lieu, disruptif, qui incarne ces nouvelles façons de travailler, la Villa Bonne Nouvelle. C’est un lieu au service de la collaboration projet qui réunit des équipes projets Orange par intermittences et des start-ups qui vont venir et se côtoyer pendant 9 à 10 mois pour évoluer, expérimenter et favoriser les démarches collaboratives . C’est la collaboration, et le partage qui sont au cœur des façons de travailler chez Orange pour mieux servir le client, et de mieux servir les projets.

Maya Serigné, est revenu sur les trois variables essentielles aux nouveaux modes de travail :

  1. L’être :c’est à dire mon rapport à l’espace, au lieu
  2. L’avoir :pour parler des équipements, des accès aux services de plus en plus personnalisés avec une meilleure connaissance des salariés.
  3. Le faire : pour comprendre quel est mon rôle, comment évolue mon métier, comment évoluent mes compétences à l’ère du digital ?

Après 3 saisons d’observation au sein de la Villa Bonne Nouvelle, voici les principaux retours qui se dégagent de cette nouvelle organisation du travail. Par exemple, on retrouve :

  • Des gains d’efficacité,
  • Une meilleure agilité dans les échanges,
  • Des gains de temps,
  • Une configuration plus propice à la circulation de l’information,
  • Un renforcement de l’engagement dans les projets,
  • Une meilleure productivité individuelle et collective.

Un autre élément clé qui a favorisé la collaboration entre les start-ups et les équipes projets Orange, c’est le métier de feel good manager. Un métier créé il y a plus de 2 ans, pour animer l’espace (créer des rituels, organiser des interventions, des ateliers d’inspiration) et ceci a été extrêmement bénéfique pour redessiner, et repenser ce collectif.

Quant au management, il n’est pas simple puisque le manager n’est pas co-localiser avec son équipe projet au sein de la villa bonne nouvelle. Et donc grâce à cet espace le rôle du manager a évolué en passant d’une posture de contrôle à une posture d’accompagnement.

La Villa Bonne Nouvelle en tant que dispositif d’expérimentation sur les nouveaux modes de travail, continue et le lancement de la prochaine promotion « Business & Happiness » est prévu pour septembre 2017. Pour aller un cran plus loin, il faudrait aussi être capable d’intégrer, les clients d’Orange de façon à être véritablement sur une approche plateforme.

En conclusion, pour Maya Serigné, le lieu physique est stratégique, il a un véritable sens, une fonction, et il doit permettre aux individus de se développer, de créer du lien social et c’est un vecteur de décloisonnement. L’enjeu derrière ces nouveaux espaces de travail est de permettre aux différents acteurs de libérer l’initiative et de pouvoir travailler différemment.