Conclusion de la 21ème Rencontre, Bruno Mettling – Orange

Le thème de cette rencontre, « Transformation Digitale, à la recherche du temps pertinent » n’a pas été choisi au hasard. En effet, en 2015 sortait le rapport Mettling sur la transformation numérique et la vie au travail. Au cours de cette 21ème édition, nous avons pu faire un état des lieux des avancées des changements venus bouleverser le travail. En conclusion de cette journée, nous avons eu le plaisir d’accueillir comme grand témoin l’auteur de ce rapport: Bruno Mettling. Après avoir longuement fréquenté la fonction publique et le monde de l’entreprise privée, Bruno Mettling est aujourd’hui Président d’Orange Afrique/Moyen-Orient ainsi que jeune entrepreneur.

Sur la base du rapport intitulé “Transformation numérique et vie au travail”, remis à la ministre du travail le 15 septembre 2015, Bruno Mettling nous a dressé un bilan contrasté tout en partageant sa vision, lors d’une interview avec Sylvie Joseph, administratrice de l’Observatoire.

État des lieux, 3 ans après le rapport Mettling

Pour notre grand témoin, plusieurs idées sont à retenir:

  • Tout d’abord, une des forces de ce rapport a été de s’appuyer sur des groupes d’experts. C’est cette intelligence collective qui a permis de pointer aussi bien les aspects positifs du numérique (plus de collaboratif, plus d’efficacité, plus d’agilité…) que les risques du numérique dans les entreprises et organisations. Si le numérique est l’occasion de repenser nos entreprises à travers leur cloisonnement, leur verticalité, l’affaiblissement des collectifs professionnels… c’est aussi l’occasion de pointer les risques du numérique sur la situation des salariés au travail.
  • La 2ème idée réside dans le fait que les partenaires sociaux doivent absolument croiser les experts du numérique pour anticiper les conséquences de cette transformation. Bruno Mettling  précise qu’ « il y a 3 ans, nous étions beaucoup moins riches dans la compréhension de ce qui se passait notamment dans la fonction RH ». Or, celle-ci porte les enjeux des hommes et des femmes de l’entreprise et doit être au centre de cette transformation numérique.


Le numérique, un effet d’accélération

D’abord dans ce qui est positif, le numérique a considérablement progressé dans l’entreprise. Bruno Mettling a souligné l’impact fantastique du numérique sur le développement du continent Africain.

Autre impact positif, l’essor de l’Intelligence Artificielle (IA) qui est de plus en plus utilisée en entreprise à travers la relation client et qui a entrainé un effet d’accélération de cette transformation numérique. Cependant, Bruno Mettling rappelle que l’IA n’est pas encore fortement présente dans la vie interne de l’entreprise et de ses fonctions. Aujourd’hui, il serait intéressant de reprendre le rapport Mettling « Transformation numérique et vie au travail» à l’aune de l’IA, pour en saisir les opportunités et les risques. Notre invité est convaincu qu’il existe dans les réflexions syndicales des éléments pour anticiper les conséquences de l’IA.

Mais des points de tension subsistent 

Parmi les points de tension, on retrouve la relation au temps. Tout en s’appuyant sur son livre « Entreprises : retrouvez le temps pertinent », Bruno Mettling souligne qu’une entreprise va privilégier le temps court que le temps long. Or, cette dictature de l’urgence a déjà produit de « grandes bêtises » sur le plan économique. Il affirme que cette relation au temps, peut être considérée comme l’une des principales qualités ou faiblesses des dirigeants et/ou des entreprises.

  • En faisant allusion aux crises sociales, Bruno Mettling a rappelé celle du groupe Orange. Au lendemain de sa plus grande crise sociale, si Stéphane Richard ne lui avait pas laissé le temps pour réaliser un diagnostic et comprendre la genèse de cette crise, il aurait été difficile de la traiter en profondeur. De plus,« si on ne se donne pas le temps de l’intelligence collective, du diagnostic partagé et de l’impact de l’IA, on va de nouveau faire face à de grands problèmes », argue-t-il.

Il existe d’autres zones de tension croissantes entre les entreprises, qui dans leurs modalités de fonctionnement ont de plus en plus recourt à des méthodes, à des outils qui renvoient à cette logique du numérique mais qui dans leurs organisations fondamentales du travail n’ont pas changées.

  • A titre d’illustration, le poids du contrôle et/ou du reporting est à l’origine de tension sur la ligne managériale. Cette nouvelle façon de travailler qui demande de plus en plus d’agilité, de rapidité à la ligne managériale avec des organisations du travail qui restent cloisonnées à la hiérarchie, est un élément de tension croissant dans l’entreprise. Ces tensions peuvent entrainer un risque psycho-social qu’il faut mettre en évidence et prévenir, c’est la première responsabilité d’un DRH.

Sur le plan microéconomique, Bruno Mettling nous invite à nous intéresser à une nouvelle zone de tension propre aux collaborateurs des directions de l’informatique (soit une centaine de milliers de collaborateurs), et qui sont au cœur de cette transformation. Ces directions sont à la fois garantes de grands outils, de grands systèmes et elles sont confrontées à une vague de transformation interne considérable. Au sein des directions de l’informatique, on voit une population écartelée entre des injonctions paradoxales, entre des nouvelles méthodes agiles et un décalage en termes de compétences. Bruno Mettling considère qu’il faut réaliser un travail interne de transformation culturelle extrêmement important afin de réussir cette transformation numérique.

Ce point a été signalé au milieu d’autres comme le droit à la déconnexion, un droit que notre invité revendique.  D’ailleurs, 3 ans après le rapport Mettling, une centaine d’accords ont émergé mais très peu posent la problématique de la charge de travail de certains collaborateurs, de l’organisation du travail, du dispositif d’alerte qui permet d’attirer l’attention sur la situation d’un collaborateur. Et peu d’accords tiennent compte des gains de productivité issus de la transformation numérique.

Enjeux du dialogue social

Pour Bruno Mettling, un des enjeux du dialogue social est d’accepter qu’une partie des gains de productivité, tirés de la transformation numérique, servent à accompagner les collaborateurs de manière soutenue dans la formation, l’adaptation, la création de nouveaux espaces de travail… qui sont des thèmes de négociation importants.

Alors que le dialogue social a toute sa place dans cette transformation, notre invité précise qu’il doit être revisité dans son mode d’organisation et de fonctionnement au quotidien. Il nous invite à moderniser le dialogue social, moins procédurier au profit d’un dialogue social à l’allemande. Aujourd’hui, on redécouvre, dans notre pays et dans nos entreprises, la nécessité d’avoir un « vrai » dialogue social et d’établir une feuille de route du dialogue social au service de la stratégie de l’entreprise. Mais comment faire?

Trop souvent, le dialogue social est réduit à la consultation et la négociation entre les Ressources Humaines et les Instances Représentatives du Personnel (IRP) sur les moyens. Or, pour repositionner la feuille de route social, il faut faire précéder les négociations par un véritable échange qui peut porter sur l’ambition que l’on donne au dialogue social pour les 4 prochaines années, sur la feuille de route que l’on souhaite bâtir, sur l’engagement des dirigeants pour rendre ce dialogue social plus riche et faire face aux enjeux et défis de l’avenir.

Par ailleurs, le dialogue social est d’une actualité brûlante en France, puisque le Comité social et économique (CSE) va se substituer à toutes les instances représentatives du personnel. Cette nouvelle instance de dialogue entre salariés et employeurs doit être mise en place dans toutes les entreprises d’au moins 11 salariés d’ici le 1er janvier 2020. Pour Bruno Mettling, cette transformation de nos instances peut se faire de plusieurs façons :

  • Choisir de reconduire à l’identique les moyens et transformer les délégués du personnel en délégués de proximité,
  • Ou attendre le plus longtemps possible et ramener ensuite les instances représentatives du personnel au minimum légal,
  • Et puis il y a une autre façon, qui est clé, celle de construire ensemble cette feuille de route sur l’accompagnement de la transformation du dialogue social.

 Un nouveau challenge, Topics

Organisé autour de Bruno Mettling ainsi que des expertises de Siaci Saint Honoré et du groupe Havas, Topics a été créé pour proposer une offre innovante aux entreprises et à leurs dirigeants. Avec une activité, placée sous la direction de ce dernier, axée sur trois enjeux majeurs : la transformation digitale, la transformation sociale et la modernisation du dialogue social.

Aujourd’hui, Bruno Mettling souhaite redonner du temps pour accompagner les entreprises autour de ses obsessions qui sont l’accompagnement de la transformation des organisations de manière intelligente, et l’intégration des transformations numériques.

Il conclut son intervention par l’un des enjeux de transformation liés au digital: « le numérique, c’est aussi une opportunité pour reprojeter le fonctionnement de nos entreprises sur des réalités nouvelles, et pour retrouver de nouveaux équilibres qui ne vont pas offenser ce qui a été construit dans le passé. »