Analytics, Engagement et Performance, Valérie Guérin, SNCF

                                                                      Valérie Guérin, responsable des outils collaboratifs au sein de la SNCF nous présente son entreprise en quelques chiffres-clés.

On compte une masse salariale importante, beaucoup de populations isolées, la décision de nos présidents a été de créer un dispositif pour remettre le dialogue au cœur de l’entreprise afin de favoriser l’engagement en créant le programme “digital pour tous » donc tous les corps de métiers sont divisés en 3 axes : matériel, outils, applications.

 

Notre intervenante précise les effectifs et l’organisation de la Direction Digitale.

Nous sommes 25 salariés, et pour la transformation digitale interne nous sommes 5 personnes à travailler à temps plein.

Il semble aujourd’hui que le réseau social de l’entreprise a favorisé un regain de l’engagement auprès des collaborateurs.  

La difficulté principale était l’engagement difficile à mesurer parce que nous manquons d’un gros manque de communication. Les objectifs étaient de trouver des outils pour redonner sourire aux agents.  Le RSE a contribué à replacer le dialogue au cœur de l’entreprise, y compris auprès de populations isolées. Le réseau social a ainsi permis de changer la vision que les collaborateurs ont de l’entreprise.

 Cette expérience s’est construite grâce a des équipes innovantes et des outils performants. 

Nous avons mis en place de nombreuses actions :  Test & Learn, 90 ambassadeurs, travail collaboratif …

Des indicateurs existent pour mesurer l’engagement des salariés.

Dans mon équipe, nous observons essentiellement l’engagement à travers le réseau social :

  1. Dans les faits et projets que les collaborateurs mettent en place
  • Engagement one-to-one dans l’échange de compétences sur le RSE.
  1. Grâce aux Metrics.

On différencie : Inscrits

Actifs : 2 opérations par mois.

Engagés : ceux qui ne se contentent pas de lire, mais qui réagissent régulièrement.

Leaders : ce sont les ambassadeurs presque quotidiennement.

L’enjeu : comment faire pour garder les gens sur le réseau : faire en sorte qu’ils continuent à trouver de l’intérêt et de la valeur sur le RSE : la valeur étant en grande partie apportée par les collaborateurs eux-mêmes.

 L’impact de l’engagement sur la performance de l’entreprise reste difficile à évaluer.  

C’est là où réside la difficulté. Le ROI est très difficile à mesurer. Il n’y a pas eu d’évaluation du ROI officielle ou généralisée. En revanche, un collègue a calculé que son équipe avait gagné 30% de confort de vie grâce au RSE. Il y a également des enquêtes de vie au travail réalisées par Tempo, mais le ROI reste complexe et difficile à quantifier.

 Des exemples d’engagement et innovation, des petites pépites sont nées du sentiment d’engagement des collaborateurs.

Il y a des gens en région qui ont créé des groupes de ligne sur le RSE où sont donc mélangés les mécaniciens, les contrôleurs, les communicants … Il y a beaucoup de propositions et d’initiatives, mais moins d’exemples concrets à raconter. C’est en devenir.