La controverse dans l’appropriation des outils de gestion, ITW d’Aurélie Dudezert et Marine Portal.

Dudezert AurelieAurélie Dudezert, professeur des universités à l’IAE de Poitiers, et Marine Portal, maître de conférences à l’IAE de Poitiers et toutes les deux membres du Laboratoire CEREGE, ont publié un tout nouvel ouvrage : La controverse dans l’appropriation des outils de gestion, contes de connaissances. L’Observatoire des Réseaux Sociaux d’Entreprise a tenu à en savoir un peu plus et leur a posé quelques questions.

Obs des RSE : Votre livre traite de l’appropriation des outils de gestion, pouvez-vous nous en dire plus sur l’histoire de ce livre ?

Marine Portal : L’histoire de ce livre commence à la suite d’un événement que nous avons organisé au sein de l’Université de Poitiers : l’Ecole de Printemps. Le but était de créer la controverse à travers les échanges entre les participants de l’Ecole de Printemps. Ce sont les échanges très riches autour de la controverse qui ont eu lieux lors de cette journée, qui sont à l’origine de ce livre.

Aurélie Dudezert : L’histoire de ce livre s’est construite avec des gens : ceux qui ont participé à l’Ecole de Printemps. Ces chercheurs se sont retrouvés confrontés à des situations volontairement inhabituelles, qui impliquaient de sortir de leur zone de confort intellectuelle, dans le but de faire avancer la réflexion. Six ou sept d’entre eux ont accepté d’écrire sur les enseignements tirés de cette journée.

marine portal

Obs des RSE : Le sous-titre de votre livre est : Contes de connaissance. Doit-on en déduire un format particulier ? Si oui, pourquoi avez-vous fait ce choix ?

Marine Portal : Yannick Jaulin, acteur et conteur, est intervenu lors de l’Ecole de Printemps. C’est lui qui nous a donné cette idée du format des contes.

Aurélie Dudezert : Travailler sur la controverse est délicat car cela pose la question de la place de la parole dans les entreprises. Or, la parole est difficile à libérer dans les entreprises. Une des manières pour y entrer est de passer par le conte. Ainsi, par le conte et par le fait que chacun se raconte différemment, nous nous sommes rendu compte que l’on pouvait mieux expliquer la controverse.
La controverse traduit surtout des différences de points de vue. Nous souhaitions que les gens puissent exprimer toute la diversité des regards qu’ils portent sur la controverse en management.

Controverse couv

Obs des RSE : « Controverse » est un terme qui interpelle dans votre titre. Quelle est l’idée derrière ce mot ? Dénoncez-vous des paradoxes ou des idées reçues ?

Le thème de la controverse existe depuis plusieurs années en recherche et crée le débat : Qu’est ce que ça veut dire ? Est-ce que c’est un moment de conflit ? Est ce que c’est destructeur ? Créateur ?
Quand on a décidé de lancer l’Ecole de Printemps, on avait la conviction que la controverse pouvait être créative et pouvait libérer l’innovation dans le monde de l’entreprise. Dès lors, comment l’utiliser dans la pratique managériale ?

Obs des RSE : Vous parlez de pratique managériale : en quoi ce thème de la controverse peut-il aider les entreprises dans leurs démarches de transformation digitale ?

Pour que les entreprises puissent développer de nouvelles pratiques digitales, elles doivent libérer l’intelligence collective, ce qui passe nécessairement par l’acceptation de nouvelles controverses. Les controverses autour des pratiques digitales permettent aux acteurs de l’entreprise de se les approprier. En mettant en mots ce qui dérange ou surprend dans ces pratiques digitales, les controverses permettent aux individus de mieux les comprendre, de les accepter ou de les faire évoluer pour les faire mieux correspondre à leurs besoins et à ceux de l’entreprise. Ce faisant, elles rentrent dans les pratiques de travail et contribuent à les renouveler.

Dans le contexte de la transformation digitale, il est important d’être attentif aux controverses et de ne pas essayer de les clôturer parce qu’elles créent de l’inconfort. Ces controverses sont au cœur de la transformation. Cela signifie qu’il faut manager ces controverses. En résumé, il n’y a pas une seule vérité, il faut donc réussir à co-construire.

Obs des RSE : Est ce que vous enseignez aux élèves ce cheminement / cette méthodologie ?

Quand on arrive à créer la controverse au sein d’une classe, cela signifie que les élèves s’approprient la connaissance et réagissent, ce qui est bon signe. Il y a des publics avec lesquels cela est beaucoup plus facile que d’autres. Généralement, la réaction des élèves dépend de l’âge, mais aussi des environnements. Le défi en pédagogie est alors de savoir identifier ces profils pour pouvoir agir en conséquence.

La controverse dans l’appropriation des outils de gestion, contes de connaissances est désormais disponible dans vos meilleures librairies.

Un grand merci à Aurélie et Marine d’avoir répondu à nos questions !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.